Bienvenue

 


 

Une AGA hybride bien réussie
et une signature d'entente de partenariat historique



Dans le cadre de son assemblée générale annuelle, qui se déroulait au Centre des arts et de la culture de Dieppe et en mode présentiel et virtuel le samedi 18 septembre, l’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick a ciblé cinq priorités sur lesquelles elle va se concentrer au cours de la prochaine année.
 
L’AFANB va se pencher sur le manque d’accès des aînés à un logement abordable, étant donné l’augmentation faramineuse des coûts de certains loyers et la grande proportion d’aînés à faible revenu, surtout parmi les femmes seules. Un autre dossier sur lequel l’Association veut se pencher est celui des difficultés en lecture et en connaissances de base en informatique, ce qui limite la capacité de nombreux aînés à participer à la vie sociale et communautaire. L’Association continuera par ailleurs de faire avancer le dossier des personnes proches aidantes, celui du soutien à domicile et de la situation des aînés dans les foyers de soins spéciaux et dans les foyers de soins. Elle continuera évidemment de réagir à l’actualité chaque fois que cela touche les aînés.
 
L’AFANB célébrait également son 20e anniversaire et en a profité pour souligner la contribution exceptionnelle de Jean-Luc Bélanger au sein de l’organisation, à qui elle a remis le prix Willie Lirette. À en juger par les applaudissements bien sentis de la salle lorsqu’on lui a remis le prix, il était incontestablement la personne toute indiquée pour recevoir cet honneur.
 
L’AFANB a de plus signé un protocole d’entente avec la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick en vue d’organiser au moins deux activités intergénérationnelles par année, une première dans l’histoire des deux organismes.
 
Cinq nouveaux membres se sont joints au conseil d’administration, soit Thérèse Tremblay pour Restigouche-Est, Jean-Paul Soucy pour Grand-Sault – La Vallée, Marie-Claire Ferron pour Grand Tracadie – Néguac, Line Godbout pour Shédiac-Cap-Pelé et Paul Demers pour Kent Nord – Rogersville – Miramichi – Sainte-Anne. Diane Godin-Gionet pour Shippagan – Lamèque – Miscou et Roger Doiron pour Kent Sud ont accepté un deuxième mandat de deux ans et Bernadette Landry pour Dieppe – Moncton, Yvon Thériault pour Grand Caraquet, Lucille Roy pour Restigouche Ouest, Denise Boudreau pour Chaleur, Norma Dubé pour Fredericton – Saint-Jean et Marcel Larocque, président, poursuivent une autre année leur mandat de deux ans.        
 
- 30 -
Information :
AFANB
Tél. : 386-0090
 

 


 

 


  Pour publication immédiate
Dieppe, le 7 septembre 2021

 

Campagne électorale fédérale 2021 : enjeux pour les aînés francophones du N.-B.
 

L’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick a relevé plusieurs enjeux par rapport aux prochaines élections fédérales. Quel parti répondra le mieux aux besoins des personnes vieillissantes ?

• Améliorer les soins à domicile : pour que les aînés puissent rester chez eux en toute sécurité, il faut leur offrir plus de services à mesure que leurs capacités diminuent, sans quoi ils vont se retrouver à l’hôpital ou dans un établissement de longue durée, ce qui va coûter plus cher au gouvernement. Le gouvernement fédéral devrait offrir un soutien à la formation et à la rémunération des préposés qui seront appelés à offrir une plus grande variété de soins à domicile.

• Soutenir les proches aidants : les proches des personnes en perte d’autonomie s’épuisent trop souvent à prendre soin de leur conjoint, conjointe, parent ou ami. Ils ont besoin de répit et d’une compensation financière ainsi que d’un réseau de soutien qui puissent les guider à mesure que leurs tâches augmentent. Cette aide pourrait prendre la forme d’une prestation versée directement aux personnes proches aidantes ainsi que la mise sur pied d’un centre de ressources pour proches aidants.

• Élaborer de normes nationales pour les soins de longue durée : pour augmenter la qualité des soins offerts dans les établissements de longue durée et éviter la négligence et la maltraitance des aînés qui y habitent. Le gouvernement fédéral devrait ajouter à la Loi canadienne sur la santé des dispositions comprenant des normes nationales pour tous les soins de longue durée offerts aux aînés, que ces soins soient offerts à domicile ou dans un établissement de soins de longue durée. Plus ces normes seront respectées, plus les aînés en perte d’autonomie pourront apprécier une qualité de vie convenable.

• Augmenter le niveau d’immigration francophone : le gouvernement fédéral devrait augmenter le niveau d’immigrants francophones intéressés à travailler auprès des personnes vieillissantes francophones. Les francophones devraient constituer 50% des nouveaux arrivants au Nouveau-Brunswick. Tous les aînés francophones devraient pouvoir continuer de vivre en français lorsqu’ils vont dans une résidence pour aînés.

• Moderniser la Loi sur les langues officielles du Canada : pour que la loi soit respectée, il faut donner plus de pouvoir au Commissariat et faire en sorte que ceux qui ne respectent pas la loi soient pénalisés en conséquence. Il faut aussi soutenir les communautés francophones qui vivent en milieu minoritaire, notamment leurs universités et leurs journaux.

• Lutter contre la pauvreté des aînés : un aîné sur cinq, vit dans la pauvreté au Nouveau-Brunswick. Il faudrait augmenter la Sécurité de la vieillesse de 100 $ par mois pour les 65 ans et plus et le Supplément de revenu garanti de 100 $ par mois pour les plus démunis.

• Instaurer un programme d’assurance-médicaments pour tous : personne ne devrait se passer des médicaments dont il a besoin parce qu’il n’a pas les moyens de les acheter. Les médicaments ne sont pas un luxe, ils font partie des besoins essentiels.

• Donner accès au réseau Internet à haute vitesse partout au pays : cet outil est devenu indispensable pour s’informer, pour travailler et pour socialiser. Il faudrait aussi offrir une formation de base aux aînés qui ne savent pas se servir des outils informatiques.

• Augmenter le nombre de logements abordables : le prix des loyers a beaucoup augmenté, surtout au cours des derniers mois, mais les aînés qui y habitent ont un revenu fixe et nombreux sont ceux qui sont forcés de déménager dans des endroits qui ne sont pas sécuritaires ni hygiéniques. Si on ne règle pas ce problème, on va forcer les aînés à déménager dans les foyers de soin prématurément, ce qui va coûter plus cher à la société et nuire au mieux-être des aînés. Il faut que le gouvernement intervienne pour offrir aux aînés des logements sécuritaires et abordables.
 

- 30 -

Information : AFANB
Tél. : 386-0090

 


  Pour publication immédiate
Le lundi 23 août 2021

Communiqué de presse
l’AFANB demande l’égalité réelle des langues officielles

 

Dieppe – L’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick demande aux deux commissaires responsables de la révision de la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick que tous les services de la province destinés aux aînés soient offerts dans les deux langues officielles de façon égale. Elle demande aussi que les services offerts aux aînés par des tierces parties, tels que des entreprises ou des organismes, soient également offerts en français aussi bien qu’en anglais.

L’AFANB a entrepris 58 démarches afin de faire respecter les droits linguistiques des personnes aînées depuis 2008. Malheureusement, peu de choses ont changé. Même le Commissariat aux langues officielles n’a pas pu agir sur les plaintes de l’AFANB, même s’il les jugeait fondées.

Les foyers de soins de longue durée et les foyers de soins spéciaux, qui sont gérés par des entreprises privées ou des organismes à but non lucratif, devraient être assujettis à la LLO-NB. Au N.-B. il y a 68 foyers de soins de longue durée et 425 foyers de soins spéciaux. Les aînés qui vivent dans ces foyers de soins ont le droit de se faire servir dans la langue officielle de leur choix, ainsi que les familles de ces résidents.

De même, les soins à domicile, qui sont offerts par des tierces parties, que ce soit Ambulance N.-B., les services extramuraux, ou encore le soutien à domicile tel que le nettoyage, la préparation des repas ou les travaux manuels, devraient également être offerts dans la langue officielle du client. Présentement, pour le soutien à domicile, il existe quarante-huit associations et agences privées qui desservent la population des aînés et certains d’entre eux ne respectent pas leurs obligations linguistiques quant au choix de langue du client.

L’AFANB demande que le Commissariat aux langues officielles (CLO), en plus d’avoir le pouvoir d’enquête, de présentation de rapports, de recommandations et de sensibilisation au respect de la LLO-NB, puisse conclure des accords de conformité, rendre des ordonnances et intenter des recours devant les tribunaux.
Pour que la LLO-NB soit prise au sérieux par les ministères, les agences gouvernementales et les tierces parties qui offrent des services aux aînés, il est primordial que le CLO-NB ait des pouvoirs qui lui permettront de faire appliquer la LLO-NB.

L’AFANB demande aussi que tous les documents du gouvernement provincial et des agences gouvernementales soient disponibles dans les deux langues officielles et soient de qualité égale. Souvent les traductions en français laissent à désirer et peuvent porter à confusion lorsqu’on les compare avec les versions anglaises originales.

L’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick remercie les deux commissaires chargés d’encadrer la révision de la LLO-NB de leur disponibilité et du temps accordé pour échanger sur les enjeux touchant les personnes aînées francophones de la province.
 

- 30 -

Information :
AFANB – DG, Jules Chiasson :
Tél. : 850-6094

 


 


 

  Boîte à outils COVID-19 : http://afanb.org/sites/default/files/documents-pdf/boite_a_outils_5_mars.pdf
 
AFANB - Boîte à outils - Comment se protéger contre la COVID-19?
 


  AFANB - Mémoire réforme santé - Mars 2021

 

 


  Voici les 4 premières vidéos sur Jardinons avec Jeanne d'Arc, sur la chaîne rjepa.
https://www.youtube.com/channel/UC4xqWbwnBCnlPb0YqKhaK2w

 


 
 
Vous êtes francophones de 50 ans et plus ?

 

L'Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick regroupe des gens comme vous afin de promouvoir votre mieux-être, de veiller à la défense de vos droits et ainsi, de contribuer à votre épanouissement personnel et à celui de toute la société.

Découvrez en plus...  Lire plus de détails sur cette information.

Présentation de l'Association francophone des aînés du N.-B. (Février 2020)

Pour voir toutes les capsules vidéos de la série produites par Sylvain LeBrun, formateur en informatique du Conseil pour le développement de 
l’alphabétisme et des compétences des adultes au Nouveau-Brunswick (CODAC NB)
https://www.youtube.com/channel/UCL7omIVXgFWdVWx68ONuzSw

Aussi, dans RVME50+ automne 2020
http://afanb.org/fr/projets/rendez-vous-mieux-etre-50-automne-2020

 

Actualités

**Une AGA hybride bien réussie et une signature d'entente de partenariat historique

Dans le cadre de son assemblée générale annuelle, qui se déroulait au Centre des arts et de la culture de Dieppe et en mode présentiel et virtuel le samedi 18 septembre, l’Associat

*Conseil d’administration 2021-2022
Marcel Larocque
Président
8, ave Génération
Moncton, NB  E1A 9S8
Téléphone : (506) 470-3294
Courriel : m2larocque@gmail.com
 
*Devenir membre

Pour plus d'information, communiquez avec Jacinthe Godin au (506) 386-0090 ou 1-866-523-0090
Télécopieur : (506) 384-7009
Courriel : afanb@afanb.org

*Gouvernance locale : la communauté acadienne demande une réforme ambitieuse

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
                                                 
Gouvernance locale : la communauté acadienne demande une réforme ambitieuse
            

*Maltraitance chez les aînés pendant la pandémie

Augmentation des cas de maltraitance chez les aînés pendant la pandémie

AFANB - Mémoire dans le cadre de la révision prévue au paragraphe 42(1) de la loi sur les langues officielles,L.N-B 2002, C O-05 Août 2021

Pour publication immédiate
Le lundi 23 août 2021
 

Pages